Bannière
L’entreprise Rubbettino naît en 1972 sur une intuition de Rosario Rubbet­tino, un jeune secrétaire de collège qui, animé d’une passion pour le papier imprimé, décide d’abandonner la sécurité de l’emploi pour se lancer dans un projet entrepreneurial.
Les débuts sont difficiles: la firme s’est implantée dans un territoire à vocation principalement agricole, privé d’infrastructures et de personnel spécialisé.
Le défi paraît même impossible à relever en raison du manque de liaisons rapides avec le reste de l’Italie et de l’inefficacité des administrations publiques. Le premier volu­ me de 600 pages, entièrement imprimé au plomb, est un livre de philosophie. La typo­graphie n’a pas encore de linotype et il faut recourir aux services d’une linotypie de Co­senza pour la composition. Cet équipement typographique, considéré à l’époque comme un instrument d’avant-garde, s’avère vite indispensable, si bien que l’entreprise ne tarde pas à acquérir une machine (avec paiement échelonné). En 1976, elle se dote d’une première usine (destinée à s’agrandir tous les deux ans) équipée de nouvelles technologies : les linotypes laissent pla­ce aux premiers systèmes de composition électronique, le plomb à l’impression offset.
Avec les instruments de mise en page vidéo arrivent la première unité photo, les tables de montage des pellicules, les presses, les premières machines d’impression offset. Cependant, malgré les agrandissements, l’usine devient vite trop exiguë pour faire face aux nouveaux besoins. C’est ainsi qu’u­ne nouvelle installation d’environ 12 000 m2 est projetée et réalisée à la fin de 1999, permettant à Rubbettino d’augmenter son parc de machines.
Au cours des années suivantes, l’entreprise se développe encore en diversifiant l’activité des secteurs de la papeterie et de l’impression sur rotative. Pa­rallèlement au département graphique naît la maison d’édition homonyme, qui joue désormais un rôle important à l’échelle na­tionale et compte parmi ses collaborateurs des signatures prestigieuses du monde du journalisme, de la politique, de l’économie et de l’université.
Le pari entrepreneurial de Rosario Rubbet­tino consiste non seulement à faire fructifier et à consolider son entreprise, mais aussi à promouvoir le développement de la réalité locale en liant la croissance économique de sa firme à celle, matérielle et sociale, du territoire où elle est implantée. Évoquant sa rencontre avec Rosario Rubbettino, Giulio Sapelli écrit : « J’ai retrouvé les idéaux de ma jeunesse, inspirés par Adriano Olivet­ti […] Dans les librairies, je croise les livres Rubbettino et je découvre sur la carte géo­graphique que Soveria Mannelli se trouve en altitude, perché sur le mont Sila, et qu’au milieu de l’éboulement instable dont Giu­stino Fortunato me parlait toujours dans ses ouvrages, une poignée de fous (au sens grec du terme, qui dénote la sagesse) luttait contre cet éboulement. »
Joomlart